Allons à sento(銭湯) - bain public !!

Lorsque vous serez au Japon, nous vous conseillons d'aller à sento (銭湯), ce bain public, car ce sera une bonne occasion de voir le Japon moderne et ancien; Imaginez-vous que ce genre de maison sento (bain public) existe toujours à Tokyo ?



●La petite histoire de sento (銭湯) au Japon

Ces bains publics japonais ont une place particulière dans la culture japonaise.

Le seyoku (施浴) des temples existent depuis la période Heian. Il est bien connu que Chogen (重源)qui a restauré le grand bouddha de Todaiji (東大寺) était un grand amateur de bain.

 

Mais le vrai développement de bain public commence à l'ère Edo lorsque Iseno Yoichi (伊勢与一) a construit une maison de bains publics en 1591 au pied du pont Zenigame-bashi (銭瓶橋) et touchait l'argent de baigneurs.

 

L'affaire était un grand succès et le nombre de bains publics a augmenté rapidement à Edo, car le peuple refusait d'avoir des bains à la maison pour réduire les occasions d'incendie qui était très fréquents et aussi par économie. A l'époque, Edo, avec ses maisons construites en bois dos à dos, souffrait d'incendies désastreux à plusieurs reprises. Dès qu'un incendie éclatait, très vite il devenait un enfer dans la ville, aussi le peuple évitait les risques d'incendie autant que possible.

 

Les bains publics étaient donc nécessairs et économiques pour les marchands qui avaient un certain nombre d'employés résidents.

 

Par dessus tout, sento (銭湯) apportait plaisir et joie que le peuple ne pouvait éprouver dans des bains à la maison. Tôt le matin, le peuple visitait les bains publics qui étaient ouverts de 6h à 6h du soir entrant parfois en compétition avec leurs amis pour être premier arrivé. Hommes et femmes du voisinage, jeunes et vieux, se réunissaient pour se baigner nus en l'absence de discrimination de classe et pour échanger les derniers commérages et rumeurs dans la camaraderie de la nudité.

 

Bien que des querelles et des crimes aient pu se produire à l'occasion, les sento étaient des centres récréatifs irremplaçables pour le petit peuple qui avait peu d'occasions d'amusements, contrairement aux Japonais de nos jours !!

 

A l'ère Edo, hommes et femmes se baignaient ensemble dans les bains publics, ce qui posaient de temps en temps des problèmes. Le gouvernement publiait fréquemment des ordonnances pour bannir cette pratique gênante, mais ils s'y soumettaient difficilement.

 

Dans la seconde moitié de l'ère, cependant, ont-ils apparu des bains publics qui séparaient les sexes par un espace ou par des horaires différents, tandis que d'autres étaient réservés uniquement aux femmes en résultat aux promulgations répétées de règlements. Mais, à Kyoto et Osaka, des pièces avec des endroits pour se laver et s'habiller continuaient à être utilisées en commun pour hommes et femmes, bien que les baquets aient été séparés.

 

Les plaisirs du sento étaient multiples par les passe-temps disponibles dans le salon de tatami du premier étage. Après le bain, les hommes voulaient boire du thé, manger des gâteaux, jouer au go (碁 -- planche de jeu japonais) et shogi (将棋 -- échecs japonais) avec leurs relations -- dans un état de semi-nudité.

 

A chque sento, se trouvaient au moins quelques notables retirés du voisinage qui oscillaient sans se presser toute la journée entre le bain et le premier étage; Ainsi, le premier étage servait d'asile pour les loisirs ou de club social pour le quartier ajoutant un autre rôle clé pour sento dans la vie de la communauté. La pratique de bonne foi de compagnonnage à demi-nu a continué jusqu'au début de l'ère Meiji.

 

Le trait distinctif du bain public est souvent le dessin des extérieurs de maison de bain. L'entrée est décorée de kara hafu (唐破風) qui était utilisé pour le yuya (湯屋) du temple Todaiji (東大寺). En passant, le personnel qui s'occupait de yuya (湯屋), enfin de bain, était appelé yuhijiri (湯聖 -- Saint Bain).

 

Ainsi, l'entrée surmontée du kara hafu (唐破風) est passée de la grande maison de bain du temple Todaiji (東大寺) pour devenir le symbole du bain public. L'extérieur de la maison de bains publics est souvent configuré de manière séduisante dans le style shoin zukuri (書院造り) du palais et résidences de noblesse de samourai. Cet aspect reste typique depuis les ères Edo, Taisho, Showa et Heisei mais de telles maisons de bains publics disparaissent maintenant petit à petit l'une après l'autre.

 

●Découvrez Sento (銭湯) au Japon

A Tokyo il y a toujours beaucoup de sento (銭湯). Vous pouvez en chercher quelques-uns qui soient proches de votre hôtel par les sites suivants: http://www.1010.or.jp/english/  

Si vous voulez connaître un peu la manière japonaise dans le sento, visitez le site suivant: http://www.1010.or.jp/english/how-to-enjoy-sento/

 

Vous ferez connaissance avec des seniors japonais qui vous raconteront leurs bons vieux temps.